relation ouverte

Le partnership amoureux ouvert…

Vivre sans posséder, connaître la joie du libre échange, pouvoir avoir accès à plusieurs corps amoureux, partager un mode de vie sympathique sans contrainte et sans crise, faire confiance à la personne qu’on aime au point d’être heureux de la voir dans les bras d’un autre.

En revanche, tout se permettre, vivre en symbiose avec les amis de son essence tout en respectant des rapports privilégiés, des droits acquis, des souvenirs d’expériences, sans nécessairement partager le même toit, en trouvant normal de s’y retrouver à deux ou à plusieurs. Voilà de quoi relève le partnership amoureux ouvert

L’IMPORTANCE DE LA GÉNÉROSITÉ

L’homme qui n’est pas capable d’aller reconduire sa femme chez son amant ou la femme qui n’est pas capable d’inviter à dîner la maîtresse de son mari ne me comprendront pas. Il y a moyen de respecter la vie privée des gens tout en partageant un mode de vie fondé sur l’échange et la communication. Je ne parle pas d’échangisme comme tel.

Les gens libres et normalement développés n’ont pas besoin de site de rencontre pour multiplier leurs rapports amoureux. Il suffit simplement de le vouloir et de conformer sa conduite à sa volonté. Par générosité, j’entends cette aptitude à se sentir si bien dans sa propre peau, à nourrir une telle confiance envers la vie, que de faire plaisir à l’autre devient une tendance permanente de la personnalité.

Je ne vois pas pourquoi je n’inciterais pas ma compagne à retenir pour la nuit un homme qui flirte avec elle dans un club de nuit, ou pourquoi je n’irais pas le voir pour lui dire : vous êtes justement le type d’homme qui plaît à ma compagne, pourquoi ne pas vous joindre à nous?

TRANSPARENCE RIME AVEC CONFIANCE

Il faut tout se dire, tout se raconter : ses fantasmes, ses projets, ses désirs secrets, ses goûts bizarres. Nous pensons que ces choses risquent d’éloigner notre partenaire. C’est tout le contraire. S’il est normalement constitué, cela risque de l’exciter.

L’essentiel est de ne rien cacher, de ne rien dissimuler, de se dire qu’on peut vivre avec la vérité. Aller prétendre que l’autre ne pourra pas l’accepter, c’est le traiter en enfant, c’est le considérer comme un inférieur. Le mensonge n’a pas de véritable alibi. Il détruit l’amour, il enlaidit, il désoriente.

C’est le non-dit qui ruine le couple. Lorsque celui-ci est ouvert et que le couple opte pour le partenariat amoureux, c’est encore pire. Ce n’est pas parce que j’aime d’autres personnes que je dois retirer ses privilèges à ma partenaire. L’ouverture à autrui doit se faire en respectant les priorités établies. Combien de gens oublient tout parce qu’ils viennent de découvrir un nouvel amour? Les amours sont faits pour se tempérer les uns les autres, non pour s’affronter. La revendication d’un amour exclusif fondé sur la possessivité est une injure à la communion universelle.

AMOURS SIMULTANÉES

En général, les gens se sentent obligés de rompre avec leur partenaire dès qu’ils en aiment un autre. Ils croient qu’ils doivent abandonner un premier amour pour en vivre un second. À force de vivre des amours successifs, ils se blessent, ils se ruinent. Et, de rupture en rupture, ils se détruisent intérieurement et finissent par maudire l’amour.

Je ne crois qu’aux amours simultanées dans le jeu, le doux badinage, l’érotisme éduqué et la planification. Je ne veux pas dire par là qu’il s’agit d’adopter une structure rigide. Ce sont nos spontanéités qu’il faut planifier en dehors de tout système de valeurs. L’amour n’a rien à voir avec la morale. Il est fait de consentement, de partage, de permissivité et d’ouverture.

Dès qu’un individu est amoureux au sens romantique du terme, il s’imagine les pires drames et se croit le gardien de l’autre comme si celui-ci était son prisonnier. En ce sens, l’amour est le plus grand obstacle qui soit à la réalisation intégrale d’un être humain.

COMMENT SURMONTER LA JALOUSIE?

Pour pouvoir surmonter la jalousie, que je classe au nombre des névroses obsessionnelles d’inspiration judéo-chrétienne, il faut une philosophie. Un individu est incomplet par lui-même si se croyant crée par Dieu, il ne se sent pas responsable de sa vie et cherche en l’autre un complément au lieu d’en faire un supplément. Il ne peut donc pas consentir à ce que son partenaire tendrement aimé puisse en aimer un autre que lui et trouver dans ses bras un ardent plaisir durable.

J’ai découvert que la maturité consistait à pouvoir aimer plusieurs personnes à la fois et, si l’une d’elles se tourne vers quelqu’un d’autre, à pouvoir l’appuyer dans cet appétit légitime, ainsi qu’à pouvoir appuyer l’autre. C’est simple, il faut se jeter à l’eau, parler, s’ouvrir, dire ce que l’on pense.

Comment peut-on prendre dans ses bras l’amoureux ou l’amoureuse de son conjoint, si l’on se sent mal avec soi-même, si l’on est plein de suspicion, si l’on se sent incomplet, instable, étroit d’esprit? La philosophie ici consiste à apprendre à se suffire et, au lieu d’aller vers l’autre par besoin, d’aller vers l’autre par plaisir. Il faut vraiment apprendre à jouer. On se guérit de la jalousie en devenant vaste, créateur, complet par soi-même, organisé.

ÊTRE ORGANISÉ

Beaucoup de gens se disent qu’un tel système ne fonctionne pas. J’avoue qu’il demande de l’intelligence et que cela ne plaît pas à ceux qui en sont dépourvus. L’intelligence est toujours du côté du bonheur, jamais du côté des tracas. Cela prend aussi une certaine autonomie financière.

Toute complémentarité entre les individus est fondée sur une fiction frauduleuse. Un individu normalement développé est censé être complet par lui-même. Il doit pouvoir se suffire financièrement au lieu d’être accroché à autrui. Dans le couple traditionnel, il y en a toujours un qui finit par être insatisfait parce qu’il se tape tout le boulot ou parce qu’il a l’impression que l’autre l’aime moins qu’il ne l’aime.

Dans la rencontre amoureuse ouvert, il n’est pas question d’insécurité, de malentendu ou de rancoeur. Tout se dit. Chacun aide les autres. Si quelqu’un va mal, il y a quatre à cinq personnes à qui il peut parler, des personnes avec qui il a eu des rapports sexuels, avec qui il a une complicité, une entente. Quand les gens s’associent de la sorte, c’est qu’ils se sont reconnus des affinités. C’est une garantie contre les ruptures émotives, les doutes irraisonnés, le sentiment de trahison.

La maturité, c’est d’abord d’être bien avec soi, puis de s’associer avec d’autres personnes libres pour former une sorte de famille éduquée, ouverte, partageant une même philosophie. Un chrétien ne peut pas vivre avec un jovialiste et un jovialiste ne peut pas vivre avec un raëlien. Ce sont des écoles de pensée qui s’opposent. L’argent ne règle pas tout, mais il est évident que s’il est bien distribué, il contribue à équilibrer les énergies et à redonner l’impression à tous qu’il y a un équilibre des forces au sein du partnership.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *