Entre le regard et le baiser… naît le désir !

Il y a tout un monde de distance entre le regard et le premier baiser! Des gens peuvent brûler de désir l’un pour l’autre pendant longtemps avant d’échanger ce qui scellera – ou brisera définitivement – ces moments d’intimité et de passion intense. Pour d’autres, le moment du premier baiser est à la portée des lèvres, puisqu’il ne signifie rien de plus qu’un partage de souffle, de chaleur. Un petit baiser volé!

L’échange du regard, l’intensité du baiser

Nous utilisons toutes sortes de subterfuges pour attirer le regard de celui ou de celle que l’on convoite. Le soin apporté à l’apparence physique, l’allure générale dégagée par une attitude d’ouverture (ou de fermeture lorsque l’individu ne nous plaît pas), ainsi que la façon de lancer des regards en diront assez long sur nos intentions! L’intensité du moment en amène plus d’un à se sentir gêné, mal à l’aise ou même troublé. Les femmes ont une manière de poser leur regard qui est bien différente de celle des hommes. Généralement, elles regardent avec des yeux timides, les paupières légèrement fermées. Elles peuvent même incliner la tête un peu pour paraître encore plus coquine, ce qui signifie donc qu’elle est prête à être conquise.

Le langage non verbal peut nous en apprendre beaucoup si on sait l’écouter, ou plutôt le regarder! Tous les jours, nous croisons des regards… Heureusement – ou malheureusement pour certains ou certaines-, ces regards ne mèneront à rien et plusieurs ne seront même pas remarqués. Céline, une femme dans la quarantaine, nous confirme à quel point le regard est important : «Il m’arrive très souvent de croiser des regards : dans la rue, dans l’ascenseur, à un feu rouge… Je m’amuse à soutenir ce regard lorsque l’homme me plaît vraiment! J’ai besoin d’être rassurée sur ma capacité de séduire et d’être séduite. Je suis heureuse dans mon couple, mais je sais que Jacques fait la même chose de son côté. Je pense que c’est normal et tout à fait naturel. Il ne faudrait pas qu’il me dise qu’il a embrassé une autre femme, par exemple! Là, ce ne serait plus pareil du tout.»

En effet, pour bien des individus, le sens du regard est très différent de celui du baiser. Le baiser, et spécialement, le premier est d’une intensité à peine supportable. La chimie ou l’électricité qui passe entre deux personnes à ce moment précis est difficilement explicable. Plusieurs mécanismes se mettent en branle pour envoyer le message au cerveau de faire réagir les autres parties du corps. Même si on a l’impression de perdre la tête, les influx nerveux et sanguins font circuler l’énergie rapidement, disposant ainsi le corps à recevoir des caresses éventuelles.

Le sens que prend le baiser

Des lèvres ouvertes, humides et insistantes conduisent presque inévitablement vers un échange fougueux et passionné. À moins qu’on les juge insolentes, pressantes et dégoulinantes… Évidemment, le sens d’un baiser dépend nécessairement de celui ou de celle qui le donne et de celui ou de celle qui le reçoit! Les critères selon lesquels une personne embrasse bien sont très variables et surtout bien subjectifs, c’est ce qui est intéressant. Anaïs nous avoue ne pas avoir les mêmes critères de sélection que ses amies par rapport au baiser : «Tout d’abord, je suis une femme homosexuelle qui ne s’affirme que depuis quelques années, au plus grand désespoir des hommes de mon entourage avec qui j’ai sorti! Pour moi, le baiser n’a pas nécessairement le sens qu’on veut lui donner. Parfois, je trouve qu’il est lourd de conséquences pour rien. Quand j’embrasse une fille ou que c’est elle qui le fait, peu importe, il arrive que ce soit seulement pour le plaisir. Ça ne veut surtout pas dire qu’on s’engage dans une relation de couple. En ce moment, je suis à l’étape de l’exploration, je «flirt» sans chercher l’âme soeur à tout prix. De toute façon, je ne suis pas prête à m’engager pour le moment. Les filles que j’embrasse le savent. Si ça ne fait pas leur affaire, si elles s’attendent à plus, on ne le fait pas, c’est tout!» Pour Anaïs, le baiser ne représente qu’une façon d’avoir du plaisir et d’entrer dans la bulle de l’autre pendant un moment.

Sabrina, quant à elle, partage une opinion bien différente : «Pour moi, le baiser, surtout le premier, c’est une façon de dire à l’autre à quel point je le désire. Je n’embrasse pas n’importe qui pour n’importe quelle raison. Si je le laisse pénétrer dans ma bouche avec sa langue, c’est qu’il a gagné ma confiance. Pour moi, c’est un élément déterminant pour savoir si je vais poursuivre une relation avec lui ou non. Un peu comme un interrupteur : on/off, c’est l’un ou l’autre. Donc, s’il embrasse bien et s’il ne se montre pas trop pressé, c’est un signe que la relation pourra se poursuivre, sinon je ne le rappelle plus. Mais c’est rare que je me trompe. D’habitude, par sa façon de me tenir la main, je sais s’il embrasse bien! S’il a les mains moites, ses baisers seront trop mouillés et maladroits. Pour éteindre une flamme, il n’y a rien de pire qu’un gars qui bave et qui ne sait pas comment s’y prendre.» Pour Sabrina, le baiser a beaucoup d’importance. Et contrairement à ce qu’elle semble croire, un baiser réussi n’est pas uniquement la responsabilité de l’un ou de l’autre. C’est aussi une question de réceptivité pour s’ajuster et s’abandonner à ce plaisir voluptueux. À travers la fougue et la passion des langues qui s’activent, il faut savoir doser et se retenir! Et il vaut mieux en rire que de se prendre trop au sérieux…

Les hommes et les femmes semblent unanimes sur la signification du premier baiser. C’est celui qui nous indique si on ira au lit ensemble! Voici les commentaires de Sébastien, un gars à la fin de la vingtaine: «Généralement, après le premier baiser, je sais si on va aller plus loin. Pour moi, c’est un allumeur ou un éteignoir! Une fille qui se laisse aller pendant un baiser s’abandonnera sans doute quand on fera l’amour. Si la chimie passe, ça veut dire qu’on va coucher ensemble!»

À travers les sociétés, les cultures, les années…

Il est intéressant de savoir que le baiser ne fait pas l’unanimité à l’échelle internationale! En effet, plusieurs sociétés ou cultures n’utilisent pas le baiser comme nous le connaissons. Il est parfois remplacé par d’autres façons de faire – se frotter le bout du nez, par exemple. «À Ulithi, ni la bouche ni les seins ne constituent des zones érogènes. De plus, les activités orogénitales sont absentes […] Les Thongas, constatant la coutume du baiser chez les Européens, ont conclu qu’il consistait à se manger la salive et la saleté», nous livrent Joseph Lévy et Maria G. Baruffaldi, dans La sexualité humaine, perspectives phylogénétiques et culturelles.

Dans notre société, le baiser sert de contact, de préliminaire. Il cor- respond à l’introduction d’un échange – sexuel ou non. Par le baiser, on laisse l’autre pénétrer dans notre univers intime et personnel. La bouche et les lèvres étant très érogènes, on indique à l’autre notre désir de le sentir tout près. On peut même l’inciter à aller plus loin. Certains couples ne ressentent plus le besoin de s’embrasser, même s’ils l’ont fait par le passé. C’est le cas de Jocelyne et de Jean-Pierre, un couple dans la quarantaine : «On s’est tellement embrassé quand on a commencé à sortir ensemble! Le simple fait d’embrasser Jocelyne me conduisait au septième ciel. J’étais en érection chaque fois! On s’embrassait avant et pendant l’amour. Maintenant, on ne le fait plus. Je ne sais pas pourquoi. On s’adore, mais on ne s’embrasse plus. Je sais qu’on n’est pas les seuls, mais ça me manque parfois. C’est sûr qu’elle m’embrassait moins quand j’ai commencé à fumer. Il y a peut-être un rapport…» Le goût, l’odorat et l’expérience tactile sont réunis… avez-vous les bonnes conditions?

tais-toi et embrasse moi
« tais-toi et embrasse moi! »

Savoir embrasser


«Commencez doucement, en effleurant à peine le visage et les lèvres de votre partenaire de votre souffle tiède, puis prenez de l’assurance et pressez vos lèvres contre les siennes avec davantage d’insistance. Poursuivez en entrouvrant vos lèvres et suggérez à votre partenaire d’en faire autant en donnant de petits coups de langue sur les siennes afin que, lèvres ouvertes, lèvres offertes, l’un et l’autre, vous puissiez mêler vos langues sans retenue», nous dit si bien Margot Saint-Loup dans Les sept secrets pour connaître le plaisir à chaque fois. Les bons conseils se précipitent et il faut savoir les mettre en pratique! Voici quelques suggestions pour réussir un baiser, tirées d’une discussion de groupe constitué de quatorze hommes et femmes, âgés entre 21 et 48 ans :

  • Ayez toujours une haleine fraîche : évitez de manger de l’ail, des oignons ou des mets trop épicés avant une rencontre qui risque de se terminer par un baiser! Évidemment, les indications sont aussi valables pour les couples qui sont ensemble depuis un certain temps;
  • N’entrez pas – comme un missile à tête chercheuse – dans la bouche de l’autre avec votre langue. Celle-ci doit rester souple mais ferme et errer discrètement dans la bouche de l’autre;
  • Contrôlez au maximum la quantité de salive – une averse amène avec elle une avalanche de bactéries. Alors, évitez d’effrayer l’autre et de l’étouffer;
  • Transmettez une intention : le désir sexuel ou la passion du moment. Un baiser donné par habitude ou sans intérêt sera immédiatement perçu et interrompu;
  • Détendez vos lèvres, mais n’offrez pas des baisers sans tonus ou sans énergie;
  • Mordillez doucement peut être très sensuel ou érotique. Toutefois, évitez les petites morsures d’amour, spécialement si vous ne connaissez pas les antécédents sexuels de votre partenaire. L’échange de sang pourrait vous conduire vers des infections pénibles (MTS et compagnie). De toute façon, le mordillement est agréable dans la mesure où il n’est pas insistant;
  • Taquinez vos lèvres et vos langues : laissez-les se chercher, donnez, retirez, donnez à nouveau, amusez-vous;
  • Laissez vos doigts se promener : les mains baladeuses sont agréables lorsque la ou le partenaire est réceptif. S’il y a abandon et prolongement du baiser, c’est le moment de procéder. En cas d’hésitation ou de doute, s’abstenir de trop voyager sur le corps de l’autre! Si vos intentions s’arrêtent au baiser, n’envoyez pas de messages ambigus;
  • Promenez vos lèvres dans le cou de l’autre : bécotez, suçotez, mordillez, léchez les régions qui avoisinent la bouche;
  • Si le contexte s’y prête, laissez votre bouche s’attarder sur son corps et embrassez en bas de la ceinture…
  • Ces petits trucs ne sont pas infaillibles et il en existe bien d’autres… Il s’agit de trouver ce que vous appréciez et de le partager! Le baiser, particulièrement le premier, s’avère une expérience sensuelle ultime. Il pourra vous propulser vers une tempête d’émotions. À vous de vous laisser tenter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *