se faire des amis

Plus d’amis, plus de fun!

Vous n’avez pas inscrit un nouveau nom dans votre carnet d’adresses depuis le lycée? On vous oublie dans votre coin? Que sont vos copains devenus? Lisez ces conseils… d’amies!

Janvier 2013. Votre smartphone dernier modèle reste muet. Pourquoi la bande de copains n’est-elle pas fournie avec l’appareil? Heureusement, votre solitude passe inaperçue dans le cocooning hivernal. Juin de la même année. Sur les terrasses, des grappes de gens se prélassent au soleil. Vous auriez bien envie de vous joindre à eux, mais votre cellulaire ne sonne toujours pas. Et pas question d’aller prendre un verre seule… Trop pathétique d’afficher en public vos inaptitudes sociales. Une fois pour toutes, c’est quoi le bogue qui vous empêche de vous faire des amis? Non seulement votre solitude vous prive de joyeux barbecues-sangria, mais elle vous met hors du coup pour plein d’autres choses. Le monde appartient aux experts en réseautage. Un réseau de copains peut vous aider à trouver un meilleur boulot, un appart plus agréable, et même un nouveau petit copain!

Il est temps d’examiner la blessure et d’appliquer un remède. Vous ne serez peut-être jamais une bête de bombe, mais ce n’est pas une raison pour broyer du noir sous le soleil. Lisez vite nos solutions!

Vous êtes timide

À COLLER SUR VOTRE FRIGO 

On contrôle ses peurs et on échange!

être timide

Vous souffrez de phobie sociale. Au-delà de trois personnes, tout groupe humain vous fait l’effet d’une bande de babouins sous amphétamines. Vous rentrez dans votre coquille, paniquée. Vous êtes bourrée de complexes, ce qui n’arrange rien. En société, vous vous sentez plus insignifiante qu’un géranium en pot, au point d’en perdre l’usage de la parole. La coincée au bout de la table, qui ne place pas un mot, c’est vous. Toujours vous.

La solution: Oubliez-vous un peu! Arrêtez de vous demander ce qui fait fuir les autres et prenez le risque d’échanger. «Plus on fait attention à soi, moins on est vrai, explique Philippe Turchet, spécialiste en communications et « père » de la synergologie. Ceux qui se demandent comment ils sont perçus se ferment à l’échange; ils en deviennent complètement statufiés.» Or, l’ouverture à l’autre et l’oubli de soi sont les clés de l’attirance. Plus vous aurez une attitude simple et naturelle, mieux ce sera. Mario Sirois, psychologue spécialisé dans la phobie sociale, souligne que les timides «sont hyper-vigilants au moindre signe de rejet. De plus, ils privilégient l’opinion de ceux qui les désapprouvent». Le truc, c’est d’augmenter sa tolérance au rejet. «Les grands séducteurs sont ceux qui tolèrent bien le rejet. Ils s’essayent plusieurs fois et, vu la loi des grands nombres, ils ont l’air de réussir souvent.» Comment? En s’exposant aux situations anxiogènes (avec l’aide d’un «coach», si nécessaire). Sortez, même si c’est pour vous inscrire à un club de tir à l’arc amateur! «Il faut faire cet effort, dit Mario Sirois. Dans ce domaine, c’est no pain, no gain

Vous êtes envahissante

À COLLER SUR VOTRE FRIGO

On se calme et on écoute!

être envahissante

Avec vous, tout va trop fort, trop vite. Comme vous n’avez pas les mots «dépendante affective» tatoués sur le front, quelqu’un vous parle parfois gentiment dans une soirée. L’imprudent! Dès le lendemain, vous l’appelez 30 fois dans la journée. Et pour parler de vous ad nauseam! Jusqu’à ce que votre victime se mette sur une liste confidentielle…

La solution: Votre communication est de type «narcissique», même si vous avez l’air d’avoir un besoin relationnel démesuré. Personne n’aime être réduit à une oreille (à moins d’être payé pour, comme les psys). Le pire, c’est que vous monologuez sans vous en rendre compte. Comme le dit Philippe Turchet, «l’attention aux autres est un puissant vecteur de séduction». Ce qui signifie, à l’inverse, que votre égocentrisme est un puissant répulsif… Il est temps d’affronter ce vide intérieur qui vous pousse à dévorer les gens comme un trou noir. L’introspection n’est pas votre tasse de thé, mais il faudrait pourtant vous y coller. Bâtissez-vous une vie intérieure, vous commencerez à vous intéresser vraiment aux autres. Et à les intéresser.

Vous êtes élitiste

À COLLER SUR VOTRE FRIGO

On oublie son snobisme et on regarde autour de soi!

Pour compter au nombre de vos amis, il faut passer à travers une grille de sélection sévère. Et si, par chance, on est admis parmi les élus, il faut encore prêter serment de conversation top niveau. Résultat? La plupart du temps, on vous préfère la brave fille pas très futée mais qui sait tout sur la dernière chirurgie esthétique de Carla Bruni.

La solution: On revoit ses critères à la baisse! Personne ne vous a dit que l’amitié pouvait avoir plusieurs degrés? D’accord, vous êtes éblouie par les intellos capables de disserter sur Karl Popper. Mais ça vous décontracterait de temps en temps de vous joindre à vos voisins (lui, vendeur chez Apple; elle, esthéticienne), des gens qui ont le cœur sur la main, pour une bonne bouffe sur la terrasse… Allez leur emprunter un tire-bouchon. On ne sait jamais.

Vous êtes possessive

À COLLER SUR VOTRE FRIGO

On grandit et on donne enfin sans rien attendre!

Votre rêve? Être isolée avec un groupe de fidèles qui vous font un rempart contre la dureté du monde. Bref, il vous faut une garde rapprochée, genre gorilles à oreillettes. Et si vous apprenez qu’un de vos amis s’est mis à fréquenter d’autres cercles, ou pire, que certains d’entre eux se voient sans vous, c’est l’excommunication garantie. À ce rythme, vous vous retrouvez vite seule dans votre chapelle.

La solution: Votre désir de fusion totale cache sans doute une hyper-possessivité. Un peu ado comme attitude, non? Mûrissez, laissez respirer les gens que vous aimez. Chacun doit se sentir libre. Être heureuse de tout ce qui rend vos amis heureux, même si ça se passe sans vous, c’est ça, la générosité.

femme possessive

Vous êtes « bitch »

À COLLER SUR VOTRE FRIGO

On se pardonne et on pardonne aux autres!

On vous surnomme Miss Venin derrière votre dos. Il faut dire que même mère Teresa ne trouverait pas grâce à vos yeux. Avec vous, un souper de filles tourne vite à l’exécution sommaire, et vous dirigez le peloton. À la longue, ça peut lasser. Ceux qui ont appris à leurs dépens votre petit défaut vous fuient comme le virus H1N1.

La solution: Votre penchant cancanier est peut-être un moyen maladroit de créer à tout prix une complicité, même malsaine. Ou alors, pour vous, la meilleure défense, c’est l’attaque. Vous avez si peur qu’on focalise sur vos propres défauts que vous tirez d’abord. Trouvez ce point ultra-sensible que vous cherchez à protéger en réagissant ainsi, cela vous amènera à mettre une goutte d’indulgence dans votre vin. Et les autres vous aimeront telle quelle: ils vous trouveront juste «défoulante».

Vous papillonez

À COLLER SUR VOTRE FRIGO

On prend le temps et on s’intéresse vraiment!

Des amis, vous en faites une consommation boulimique. L’ennui, c’est que, pour vous, les gens sont aussi jetables que des mouchoirs. Vous passez une soirée idyllique avec Mélanie et son petit copain Guy, vous les quittez sur un «on s’appelle et on se fait un dîner» et… next! Souvent, votre approche est parfaitement intéressée. Vous avez besoin des Gagnon parce qu’ils connaissent les Laframboise qui ont une piscine creusée. Une fois l’été passé, on ne vous voit plus. Et à force de jouer les étoiles filantes, on vous préfère des satellites toujours sur la même orbite.

La solution: Primo, l’amitié est désintéressée. Sinon, cela s’appelle des «relations publiques». Secundo, l’amitié, ça s’approfondit, ça se développe comme un parfum jusqu’à la note de cœur. Vous aimez le «tout feu, tout flamme» des débuts, mais dès qu’il faut s’engager un peu plus loin, il n’y a plus personne. Par peur panique de l’intimité? Astreignez-vous à plus de fidélité: beaucoup de gens gagnent à être connus au-delà de la surface.

Vous n’assurez pas le suivi

À COLLER SUR VOTRE FRIGO

On se bouge, on rappelle et on écrit!

femme amitié

Alors que vous soignez aux petits oignons votre voiture, l’entretien de vos amitiés laisse à désirer. Parfois, vous avez fait le premier pas, mais pas le deuxième, ni le troisième… Vous vous êtes dit: «S’ils tiennent à me revoir, ils appelleront.» L’inconvénient, c’est qu’ils ont pensé comme vous… Ça peut durer longtemps.

La solution: Vous enviez les gens qui ont un paquet d’amis? Sachez que ça ne se fait pas tout seul. Pour se créer cette belle gang, ils ont travaillé fort, organisant des soirées, n’oubliant aucun anniversaire. Bref, ils ont pris le risque de se mouiller. Ce que vous ne faites pas. Petit exercice: retrouvez vos vieux carnets d’adresses et notez les gens sympas que vous avez côtoyés, mais que vous n’avez pas rappelés malgré toutes vos affinités. Une fois dressée la liste des occasions manquées, vous l’aurez sous la main, ce réseau qui va doper votre vie sociale! Ne reste plus qu’à le réactiver…

Faites le bon geste!

amitié

Le comportement explique souvent les difficultés à se faire des amis, mais il ne faut pas négliger non plus le langage gestuel. Pour Philippe Turchet, spécialiste de la communication non verbale, les grands séducteurs sont avant tout de grands communicateurs. Et ils ont compris que le contenu des mots ne représente que 7 % de nos messages. Le reste, ce sont les intonations, et surtout les gestes. «Les surdoués sociaux sont des gens empathiques, qui valorisent les autres», explique Philippe Turchet. En effet, les gestes de séduction les plus efficaces, que même de très jeunes enfants possèdent instinctivement, sont ceux qui expriment une ouverture à l’autre. Par exemple:

  • Face à quelqu’un, faire pivoter légèrement son corps de biais ouvre l’espace de communication.
  • Croiser les jambes vers celui à qui on parle traduit une ouverture.
  • Parler en montrant ses paumes (ce que fait beaucoup Oprah Winfrey) établit un lien avec l’autre.
  •  Incliner la tête du même côté que l’interlocuteur est le signe qu’on ne cherche pas à dominer l’échange.
  •  Regarder son vis-à-vis de l’œil gauche à l’œil gauche (donc la tête légèrement inclinée vers la droite), crée un climat de douceur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *