trouver un mec célibataire

Chasse à l’homme 101

Elles sont loin, nos longues soirées d’été de drague et d’insouciance! Avec le froid qui s’amène ressurgissent les envies de passer des soirées collés-collés devant un bon film. Mais comment trouver le mec qui vous tiendra au chaud? 

Ça revient chaque année comme le temps des fêtes. Après avoir passé l’été à chanter (sous-entendre flirter), les célibataires se trouvent fort dépourvues une fois la bise venue… Je serais tenté d’ajouter: «Eh bien, dansez, maintenant!» mais ce ne serait pas très galant et, surtout, ça irait contre la nature profonde de l’Homme. Car sachez, mesdames, que c’est en automne que l’instinct chasseur atteint son pic, et non au printemps, comme le veut la croyance populaire. L’auteur français Alain Reinberg est l’un des premiers à s’être penché sur l’étude des rythmes biologiques. «Nous avons démontré que de nombreux rythmes hormonaux et biologiques convergent en août et septembre, écrit-il dans «Le temps humain et les rythmes biologiques».C’est le moment où, chez les hommes, le taux de testostérone est à son maximum.

En revanche, le creux de la sécrétion de cette hormone se situe vers février-mars, comme celui de l’activité sexuelle masculine.» Ce qui veut dire, mesdames, qu’en plus d’être désirables, vos proies potentielles sont en très grande forme pendant la saison automnale! Il faut dire que l’animal ne répond pas toujours de lui. Le rythme des saisons l’influence, comme n’importe quelle autre bête. «Les animaux obéissant à des signaux émis par la durée respective des jours et des nuits, les naissances ont lieu, chez la plupart des espèces, au printemps», écrit Reinberg. « Nos bébés, statistiquement parlant, naissent pour plusieurs au printemps ». Or, il faut bien qu’il y ait conception avant que ne tombent les premiers flocons. C’est à se demander pourquoi les gens deviennent tristounets en voyant les feuilles s’envoler. La perspective de l’effeuillage devrait pourtant nous réjouir!

Choisissez votre terrain de chasse

Les lieux de rendez-vous pour célibataires en quête de relations amoureuses se sont multipliés au fil des ans. Depuis quelques années, les agences de rencontres en ligne sont devenues les territoires de chasse d’un nombre croissant de célibataires, comme Julie, inscrite sur Meetic depuis la fin août. La jeune femme en est à sa deuxième expérience. «L’an passé, j’avais rencontré un mec super et nous sommes restés ensemble pendant six mois. On a ensuite pris des chemins différents. J’ai profité de mon été, et me revoilà prête à vivre quelque chose de sérieux.» Et ça marche? «Au départ, explique Geneviève, inscrite à la même agence, je n’avais pas de photo sur ma fiche. Après l’avoir ajoutée, j’ai eu 200 messages la première journée!» C’est ce qu’on appelle avoir l’embarras du choix! «Sur ce genre de site de rencontre, ce sont les gars qui envoient les messages, explique Jean-Philippe en riant, alors on a un peu moins de chances.» Ce fier représentant de la gent masculine est-il, lui aussi, animé par le désir de se ranger l’automne venu? «C’est sûr! L’été, tout le monde s’amusent! Les célibataires sont bien contents de l’être. Mais à l’automne, tout le monde cherche un partenaire pour l’hiver.» Les statistiques de l’automne dernier sont éloquentes. Le trafic sur les sites de rencontre augmente de 20 % au mois d’août pour atteindre 35 % en septembre. À partir d’octobre, les chiffres diminuent de 25 à 30 %, ce qui est normal, car le temps moyen pour trouver l’âme soeur est de six à huit semaines.

« Quand la saison de foot commence, poursuit-elle, les mecs ont moins de temps pour flirté, alors ils préfèrent rencontrer avant ! » Parlant de foot, ouvrons ici une parenthèse. Depuis quelques années, les bars qui présentent des matchs sont devenus des terreaux très fertiles aux rencontres. Avec la popularité croissante de ce sport chez nous, les femmes réalisent que les bars sportifs ne sont plus l’apanage des boeufs. Il s’y trouve un amalgame de types très variés, de l’intello au créateur, en passant par l’avocat, le comédien, le journaliste, le fonctionnaire et j’en passe. Alors que ce soit au French Flair à Paris, à The Connemara Irish Pub sur Bordeau, ou dans n’importe quelle bars sportifs de la France, la palette est large et la saison est longue!

Il se cache peut-être dans un pub

« Comprenez-le » pour mieux le faire manger dans votre main.

Toute bonne chasseresse devrait savoir que 55 % des mecs craquent en moins de 30 minutes. Il est donc très important d’apprendre à décoder le langage corporel, histoire de ne pas courir après un chaud lapin si vous cherchez un gros nounours… Tel un pisteur iroquois en jupette ou un Steve Irwin – célèbre chasseur de crocodiles – en talons hauts, vous arriverez à comprendre, par ses gestes, si votre spécimen s’apprête à tomber dans votre piège ou à prendre ses jambes à son cou. Quelques signes sont plus évidents que d’autres: si son regard fuit, c’est qu’il est timide… ou pas intéressé du tout. S’il soutient le vôtre, sa curiosité est probablement piquée. S’il fixe votre décolleté, c’est qu’il ne cherche pas à percer les secrets de votre belle âme! D’autres messages sont plus subtils: si ses mouvements sont libres et amples, il est réceptif. Il vous fait un clin d’oeil? Il souhaite devenir votre complice et ne se prend pas trop au sérieux. Si le haut de son corps est incliné dans votre direction lorsqu’il parle, c’est qu’il veut se rapprocher de vous. Détail important: n’oubliez pas que l’homme est lui aussi un chasseur. Donnez-lui l’impression que c’est lui qui vous a choisie. Lorsque vous êtes dans son champ de vision, remarquez comme il bombe le torse et se rentre le ventre en se passant la main dans les cheveux… C’est la parade de séduction qui commence. Si vous visez juste, c’est dans la poche! Il ne vous reste plus qu’à rapporter votre trophée (soyez indulgente: faites-lui prendre place à vos côtés dans la voiture plutôt que de l’attacher sur le capot)! Si, au contraire, votre cible croise les bras, se dandine sur sa chaise, semble captivée par le décollage de son étiquette de bière, ou regarde partout sauf dans votre direction, changez de victime pendant que la soirée est encore jeune!

Lâchez le volant pour voir jusqu’où ça peut aller.

Dans le livre Premier Matin (Armand Colin), le sociologue Jean-Claude Kaufmann explique pourquoi il est si ardu de rencontrer l’âme soeur. La difficulté tient à ce que chacun bâtit sa vie bien à l’aise dans son petit monde. Or, pour qu’il y ait rencontre, il faut lâcher ses repères habituels et accepter le changement. Vous avez dit déstabilisant? À la question: «Comment réussir sa rencontre avec l’être désiré et aller vers lui sans peur? » Jean-Claude Kaufmann répond: «Larguez les amarres!» La majorité des histoires d’amour d’aujourd’hui commencent dans une situation au cours de laquelle on se relâche, on devient plus léger, plus disponible. Quand on n’est plus obnubilé par la défense de son identité et de ses repères, la rencontre devient facile. Cela permet aussi d’avoir la clarté d’esprit nécessaire pour mesurer, au premier matin, si la brave bête qui fait office de doudou dans votre lit est l’affaire d’une nuit, d’une saison ou d’une vie! Qu’on se le tienne pour dit: la période de la chasse est ouverte et il n’y a aucune zone d’interdiction! Évitez toutefois le braconnage, nous sommes sensibles…

 Pas trop de «tranches de vie»!

Évitez de débuter la conversation en nous racontant vos problèmes de bureau, d’ex, voire les détails de votre enfance malheureuse. Ça donne une image lourde de vous-mêmse en plus d’être follement éteignoir… Gardez plutôt l’étalage de votre biographie pour les longs soirs d’hiver au coin du feu, lorsque votre mec, transi d’amour, se satisfera de vous entendre lire le bottin de téléphone. Faites-le plutôt parler de lui. Ainsi, vous garderez une part de mystère et il aura le sentiment d’être important.

Petite gêne et brin de subtilité.

On n’a rien contre l’approche directe, qui peut parfois être un tantinet désarmante mais ô combien rafraîchissante! Le hic réside dans la familiarité langagière. Évitez par exemple d’affubler votre cible – qui est toujours inconnue! – de surnoms mignons tels que «chou», «poussin», «poulet», «bébé», ou pire: «bé». En outre, cette pratique peut laisser supposer que vous êtes du genre à demander un double de ses clés d’appart dès le lendemain et à téléphoner 10 fois par jour! Restez subtilement en contrôle et montrez-lui votre intérêt en soutenant brièvement son regard au moment opportun. Comme vous lui aurez transmis en un éclair tout l’effet qu’il vous fait, il devrait être un brin déstabilisé, et quasi prêt à emballer!

Parole de gibier!

Ça y est, vous l’avez pris au piège. Maintenant, comment éviter qu’il ne prenne la clé des champs dès que l’occasion se présente? Les cinq conseils qui suivent pourraient vous éviter de revenir à la leçon numéro un!

 Pas de copine trop jolie autour!

Si vous êtes avec une bande de copines, évitez d’attirer le mâle convoité dans votre meute, surtout s’il est seul. Pensez à votre amie vachement tendance, celle qui offre un amalgame irrésistible de sophistication et de joie de vivre, et qui attire les mecs comme le miel attire les mouches. Il ne partira peut-être pas avec elle, mais vous ne voulez pas faire office de prix de consolation, n’est-ce pas? Surtout que vous n’avez pas été la seule à remarquer ses approbations béates chaque fois qu’elle ouvrait la bouche… Si vous ne pouvez toutefois éviter cette situation, gardez votre invité à l’oeil et multipliez les petites attentions à son égard. À l’inverse, vous êtes dans un groupe de «boys» ? Buffet à volonté! Au pire, vous en serez quitte pour assister à un subtil combat de coqs. Et vous n’êtes même pas obligée de jeter votre dévolu sur celui qui croit avoir gagné!

La timidité ? Connais pas!

N’ayez jamais l’air hésitante et laissez votre timidité au vestiaire, car on pourrait croire que vous ne savez pas ce que vous voulez. La confiance en soi, c’est très sexy. Optez donc pour une approche kamikaze. Si, par hasard, vous avez le sentiment qu’il ne sait pas trop comment réagir, surtout si vous lui avez pris la main, sortez alors votre légendaire sens de l’humour en lançant dans un éclat de rire: «Désolée, je suis « tactile », surtout après deux martinis!» Ne lui laissez pas le temps d’accuser réception et passez immédiatement à un autre sujet de conversation. Un subtil déclic devrait se faire partant de l’échine jusqu’au centre de contrôle. Il insistera ensuite pour vous offrir un troisième martini!

5. Bas les masques!

Ne vous présentez jamais sous un jour qui n’est pas le vôtre. Imaginez-vous ensuite être obligée de jouer à la battante à qui tout réussit, à la femme fatale ou à la dragueuse délurée, alors que la réalité est tout autre! Soyez vous-même et évitez de trop en faire. Quoi que vous fassiez, affichez toujours un certain détachement, car il est important de laisser planer le mystère, surtout au début. Que voulez-vous, on aime les défis! :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *