draguer la cible parfaite

Draguez la cible parfaite

En tout premier lieu, sachez ceci: C’est l’été et vos hormones en folie vous promettent l’extase. Oui, mais voilà. Le prince charmant est introuvable. Et toute seule, c’est pas la joie! Allons, allons, ne faites pas cette tête. Nous avons pensé à vous. Comment? En vous concoctant un guide tous azimuts qui vous permettra de mettre le grappin sur le type parfait.

Si vous avez des visées sur un modèle d’homme en particulier, il vaut mieux oublier les bars enfumés. Terminé le temps où vous croyiez au Père Noël. C’est en plein jour qu’il faut cueillir l’occasion, et c’est dans ses derniers retranchements que l’on doit chasser la bête. Avec une bonne dose de persévérance, un brin de perspicacité, un zeste d’humour, et notre guide sous le bras, vous devriez y arriver, ou à tout le moins beaucoup vous amuser.

L’ÉCOLO

Il s’habille pur coton, ne fume pas, se promène à vélo ou à pied et est un grand adepte de tofu qu’il cuisine à toutes les sauces. Toujours prêt à défendre une bonne cause (du moins ce qu’il croit être une bonne cause), il se porte à toute heure du jour ou de la nuit à la défense de la veuve et de l’orphelin, en autant qu’ils soient verts!

Où le rencontrer: Oubliez votre lunch pour quelque temps et déjeunez plutôt au Loving Hut ou chez Le Grenier de Notre-dame. Inscrivez-vous à un cours de yoga ou de taï-chi. Courez toutes les manifs vertes, et devenez militante antinucléaire, antipollution, antitabac, anti-vivisection et j’en passe et des meilleures.

Accessoires: Terminées les courses en cabriolet, la voiture étant, tout le monde le sait, un monstre de pollution. Enfourchez plutôt votre vieux vélo un brin défraîchi (mieux vaut acheter usagé, c’est meilleur pour l’environnement), et vous serez tout à fait dans le coup. Enfilez des vêtements (verts de préférence!) de fibres naturelles et traînez, dans votre sac en papier recyclé (of course), la dernière édition du Guide vert du consommateur (chez Libre Expression). Parfumez-vous à la luzerne et n’oubliez surtout pas les sandales Birkenstock. Irrésistible, vous dis-je!

LE PÈRE CÉLIBATAIRE

Il mène une vie rangée et, si vous adorez les enfants tout en craignant les affres de la maternité, c’est le candidat idéal.

père célibataire

Où le rencontrer: Il se laisse entraîner par le bambin et fréquente assidûment les Ateliers de l’arc-en-ciel et La crèmerie. Si le Cirque du Soleil est en ville, précipitez-vous. Vous aurez l’embarras du choix.

Accessoires: Un livre de Françoise Dolto ou, carrément, un bébé que vous aurez emprunté à votre soeur ou à votre meilleure copine. Génial pour entamer la conversation! Vous pouvez également vous offrir gentiment pour aller chercher l’enfant de votre voisine à la garderie, en ayant soin de changer de voisine et de garderie jusqu’à ce que vous ayez repéré la proie parfaite.

LE ROMANTIQUE

Il a le charme d’un visage ravagé par quelques peines d’amour. Il est très attentionné et adore baigner dans une atmosphère magique, propice au rêve.

Où le rencontrer: Au Planétarium, la tête perdue dans les étoiles. Ce preux chevalier aura en général un faible pour le Moyen Âge. Ça tombe bien, c’est à la mode. Vous aurez donc des chances de le trouver dans une boutique médiévale, ou le dimanche soir à l’Auberge du Dragon Rouge, rue Lajeunesse, où costumes et tourtes du roi sont à l’honneur.

Accessoires: Avec lui, la petite robe vaporeuse, le maquillage discret et le regard ingénu sont des armes infaillibles. Vous placerez dans votre sac, tissé à l’effigie de la Dame à la licorne, un exemplaire des Souffrances du jeune Werther (Goethe) ou de Madame Bovary (Flaubert). Et s’il pleut, vous déploierez un parapluie révélant un jardin de Monet.

L’HOMME ENFANT

Il adore jouer et refuse obstinément de vieillir. Il connaît par coeur les Astérix, Gaston, Tintin et autres B.D. et se tient loin de Sartre.

Où le rencontrer: C’est un inconditionnel des boutiques Tintin. Il fréquente les cafés spécialisés dans les jeux de société, comme L’Oya Café, rue de la Reine Blanche et peut passer des heures dans la section bandes dessinées des librairies ou dans les boutiques branchées, rayon « comic books ».

Accessoires: Surtout, évitez les tailleurs Chanel, pas vraiment son genre. Jupette et T-shirt à l’effigie de Gaston Lagaffe, une épinglette de la Rubrique-à-brac (la Rab pour les initiés), des baskets à pois roses, un sac à dos-cartable, des boucles d’oreilles ou une gourmette garnie d’oursons ou de terriers anglais. Et puisqu’il adore les toutous, empruntez donc un chien. Ça facilite les rapprochements! Et surtout, troquez votre air torturé pour un air gamin, nettement plus de circonstance.

LE « GOLDEN BOY »

le mec businessII a une puce calculatrice plantée dans un coin du cerveau, et jette un regard pratique sur la vie. C’est très bien puisqu’il pourra s’occuper de votre rapport d’impôt et vous conseiller sur vos placements financiers. Il roule en Mercedes, déjeune chez Clau et passe ses week-ends dans sa résidence secondaire à Biarritz. Il y a fort à parier qu’il soit propriétaire d’un appartement dans le 7ième.

Où le rencontrer: Vous avez l’embarras du choix. Mais si vous ne tenez pas à faire exploser votre budget en mangeant tous les jours au Apicius, ou à passer vos week-ends à faire du pédalo, enlignez-vous plutôt sur le comptoir des surgelés haute cuisine ou des produits importés de l’épicerie fine du coin.

Accessoires: Vous prendrez grand soin de vous habiller décontract-raffinée, lunettes fumées Serengeti sur la tête, la dernière édition du The Economist ou du Wall Street Journal dépassant discrètement de votre sac Vuitton.

L’INTELLECTUEL

Il est curieux, et a obtenu un doctorat en Sciences Po ou en Philo de la Sorbonne ou de Harvard. Il se tient au courant et lit au moins deux bouquins par semaine.

Où le rencontrer: Vous le trouverez les samedis soir à 22 heures dans les grandes librairies de la ville, section nouvelles internationales. Le samedi ou le dimanche matin, il adore lire son Monde diplomatique au Café de Flore. Côté musique, il s’enflamme pour le classique. Alors prenez des places au concert.

Accessoires: Avant de vous y mettre, relisez vos classiques et les 52 derniers numéros du Nouvel Obs, si ce n’est déjà fait. Car pour le séduire, vous devrez l’étonner, le battre à son propre jeu, celui de la connaissance. Vous traînerez avec vous Le japonais sans peine et un Umberto Ecco ou un Marguerite Yourcenar. Le feutre et les lunettes rondes à monture d’écaille seront également du plus bel effet.

LE CINÉPHILE

Il atout vu, des Sept Samouraïs au dernier Rohmer. Il n’aime en général que le film songé, et s’il craque parfois pour un Spielberg, c’est en cachette. Il connaît par coeur le scénario du Septième Sceau de Bergman et lance des citations comme d’autres des jurons.

Où le rencontrer: Dans la salle obscure d’un cinéma de répertoire ou à n’importe quel événement cinématographique. Et tous les soirs de la semaine, à la Boîte noire, rayon films japonais sous-titrés en suédois.

Accessoires: Une épinglette claquette de cinéma, le programme du Conservatoire d’art cinématographique et un exemplaire du bouquin Hitchcock par Truffaut (chez Ramsay Poche Cinéma). Et pour faire encore plus vrai, pourquoi pas une bobine de film?

LE VOYAGEUR IMPÉNITENT

Il travaille pour assouvir sa passion et non par passion. Aussitôt qu’il le peut, il s’envole pour les coins les plus reculés de la planète. Il a déjà fait du trekking au Népal, du vélo sur la Grande Muraille, et poursuivi, de son appareil photo, gazelles et girafes d’Afrique.

Où le rencontrer: Dans les magasins spécialisés en articles de voyage. Au Club Aventure ou à une soirée des Grands Explorateurs. Vous fréquenterez les restos authentiquement exotiques, et au club vidéo, vous lirez toutes les jaquettes des films de la National Geographic jusqu’à ce qu’un bel inconnu vous rejoigne.

Accessoires: Vous suivrez la mode Banana Republic et porterez des boucles d’oreilles globe terrestre. Vous traînerez le programme du Club Aventure, une paire de jumelles, un appareil photo haut de gamme et/ou un exemplaire du magazine Géo.

LE SPORTIF

C’est un maniaque. Il est prêt à annuler tout rendez-vous d’affaires pour répondre à l’appel de ses muscles droits antérieurs. II court, il court après la forme. II pratique tous les sports imaginables. L’avantage avec lui, c’est qu’il est – à moins d’une tare congénitale – assez bien foutu merci. Le hic, c’est qu’il s’attend à trouver une compagne à la cuisse féline et au ventre tendu comme un tambour. Et puisqu’il ne vit que pour le sport, ou à peu près, vous devez vous y mettre quelques mois à l’avance. Courez vous abonner au centre sportif le plus proche, et demandez à un professionnel de vous préparer un programme de musculation, seule méthode qui assure des résultats rapides.flirté au gym

Où le rencontrer: Dans un centre sportif, justement. Au gym, sur une piste de jogging ou de vélo, ou encore, au Club Med. En général, le super sportif fuit la ville tous les week-ends et a un penchant pour la planche à voile, wind surf, long board.

Accessoires: Un sac de sport, une Swatch chrono, une casquette mode portée devant-derrière, des lunettes fumées Ray-Ban. Vous pouvez toujours vous rendre au marché de légumes (les sportifs sont en général des gens sains) en jupette de tennis et baskets. Même si vous sortez tout droit de votre appart, il n’y verra que du feu.

LE MÉDITERRANÉEN

II a le look Sami Frey, le verbe roucoulant, et un regard de braise qui ferait fondre l’iceberg le plus imposant. Sous ses dehors très mâles, voire un tantinet machos, il est follement passionné. Et c’est ce qu’on aime.

Où le rencontrer: Dans une salle de tango argentin, attablé à un café de la petite Italie, en train de suivre son équipe préférée de soccer, ou au super marché devant l’étal de tomates.

Accessoires: La petite dentelle sous la veste designer, l’oeil de biche et la lèvre rouge et son sang latin ne fera qu’un tour. Vous pouvez également glisser dans votre sac un exemplaire de L’italien sans peine ou un disque de Pavarotti.

L’INFORMATICIEN

II s’exprime dans une langue étrange, où bytes (attention à l’homonyme), Quadra, modems et logiciels sont à l’honneur. II se passionne pour l’autoroute informatique, et peut « pitonner » des week-ends entiers sans se lasser.

Où le rencontrer: Lorsqu’il n’est pas devant son ordinateur à communiquer avec le monde entier via son babillard électronique, il se familiarise avec de nouveaux logiciels dans une boutique spécialisée. Tous les premiers mercredis du mois, vous le trouverez au temple des férus d’informatique, le club Macintosh de Paris.

Accessoires: Un Macbook  ou un iPad, ça va de soi. Mais notre informaticien adore aussi les gadgets. II ne sera donc pas insensible au iPod ou au  smartphone(de grâce, traînez-le pour la galerie, mais évitez de l’utiliser au resto, c’est archi-irritant!).

LE TREKKIE ou LE GEEK !

Il joue tous les jours à son Playstation et ne manque jamais un épisode de Star Trek, « Next Gen  » pour les plus jeunes. Il s’exprime dans un dialecte incompréhensible de tout être normalement constitué, le klingon. II aura même lu, au pire de son délire, Shakespeare en traduction klingon: tahrkar nor tahrkar (To be or not to be!).

Où le rencontrer: Dans une soirée klingon (les fans en organisent régulièrement), à une représentation de cinéma d’un des cinq films tirés de la série, ou dans un boom déguisé. Adeptes du jeu et du rêve, plusieurs passent leur samedi après-midi à L’Oya Café.

Accessoires: Un costume à la Spock, le dictionnaire klingon ou n’importe quel gadget à l’effigie de la série… Un téléporteur, peut-être?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *